RSS

Archives mensuelles : juillet 2011

Griffintown café

Hier soir, on est allé au resto Griffintown situé sur le rue Notre-Dame O. La déco simple, lumineuse et sympathique est accueillante. Ce café est ouvert le midi, pour l’apéro et pour le souper. Dans les trois cas, l’atmosphère est agréable, mais très différente. Pour un 5 à 7, prenez une pinte de bière ou un de leur cocktail à base de bourbon. Quelques vins sont aussi disponibles au verre. Le soir, un band de blues crée une ambiance du tonnerre.

C’est une bonne cuisine de pub, un heureux mélange entre cuisine bistro et saveurs du sud des États-Unis. Crab cake, macaroni au fromage, burgers, etc. Tout ce que nous avons goûté était bon. Les portions étaient raisonnables, mais plus que suffisantes.

Pour le prix, comptez entre 8$ et 16$ pour une entrée et entre 15$ et 26$ pour le plat principal.

Le service était correct, mais un peu lent. Malgré cela, je retournerais certainement pour l’ambiance et la nourriture dans ce café qui est à l’image du quartier.

Advertisements
 
1 commentaire

Publié par le juillet 30, 2011 dans restaurants

 

Paninis au fromage de chèvre et tomates grillées

Ce que j’aime des vacances, c’est que je peux cuisiner au dîner et au souper! Alors, en ce petit vendredi midi, je me suis fait un petit paninis tout simple, mais tellement bon.

Rendement : 2 personnes

Ingrédients :

  • 2 pains à paninis
  • 1 grosse tomate coupée en tranches de 5 cm
  • 75 g de fromage de chèvre
  • les feuilles de trois brins d’estragon
  • un filet d’huile d’olive

Préparation :

  1. Couper les pains en deux ou en trois en enlevant la mie, si le pain est très épais
  2. Dans une poêle antiadhésive brûlante, poser les tranches de tomates
  3. Après 1 min, baiser le feu et laisser cuire quelques minutes encore
  4. Pendant ce temps, fouetter le formage de chèvre et l’estragon ensemble
  5. Répartissez le mélange sur le pain
  6. Ajouter les tomates
  7. Refermer et presser les pains ensemble
  8. Badigeonner d’un peu d’huile d’olive et faire cuire dans un presse-sandwich.
Si vous n’avez pas de presse-sandwich, utilisez une une poêle en fonte ou bien lourde et à l’aide d’une spatule aplatissez les sandwichs à l’intérieur.
 

Riz frit aux noix de cajou et confiture de tomates au piment

Alors, voici une première recette avec de la citronnelle. La confiture de tomate au piment est optionnelle, mais si vous ne la faites pas, mettez la citronnelle dans le riz frit. Vous pouvez aussi ajouter du piment fort pour la rendre piquante.

Ingrédients pour la confiture de tomate au piment :

  • 5 poivrons rouges doux épinés
  • 1 échalote
  • 4 cm de gingembre
  • 1 branche de citronnelle
  • 200 g de tomates cerise coupées en deux
  • 75 g de sucre roux
  • 2 c. à soupe de vinaigre de riz
  • 1 c. à soupe de sauce soya
  • sel
Préparation :
  1. Mettre les piments, les échalotes, le gingembre et la citronnelle dans le robot et hacher finement
  2. Verser le contenu du robot dans une casserole avec les tomates et le sucre
  3. Cuire pendant 20 min à feu moyen vif ou jusqu’à ce que le liquide soit évaporé
  4. Ajouter le vinaigre et la sauce soya et poursuivre la cuisson jusqu’à évaporation de tout le liquide
  5. Saler

Ingrédients pour le riz frit :

  • 500 g de riz cuit
  • 400 g de légumes verts au choix
  • 2 c. à soupe d’huile d’arachide
  • 100 g de noix de cajou
  • 2 gousses d’ail haché finement
  • 4 cm de gingembre haché finement
  • 2 oeufs battus
  • 1 c. à soupe d’huile de sésame
  • 2 c. à soupe de sauce soya
  • confiture de tomate aux piments
Préparation :
  1. Faire blanchir les légumes dans l’eau bouillante pendant 2 min
  2. Égoutter et plonger dans de l’eau froide
  3. Faites chauffer l’huile d’arachide dans un wok ou dans une grande poêle
  4. Faites revenir les noix, puis réserver
  5. Dans le reste de l’huile, ajouter le riz cuit et les légumes blanchis et faire revenir pendant 2 min
  6. Faites un puits au centre en poussant les ingrédients sur les bords
  7. Verser les oeufs battus et l’huile de sésame dans le puis et remuer avec une spatule pour former une omelette
  8. Mélanger avec le riz et ajouter les noix
  9. Arroser de sauce soya
  10. Servir avec la confiture de tomates au piment
Il est facile de changer les oeufs pour une autre protéine comme des crevettes ou du poulet.
 

La citronnelle

Originaire de la Malaisie, la citronnelle est une plante très utilisée dans la cuisine du sud-est de l’Asie. Par contre, au Québec, on ne l’utilise pas souvent. On ne la trouve pas partout toute l’année. En ce moment, elle est dans la plupart des épiceries. Le reste de l’année, elle est disponible dans une des trois succursales de Sami Fruits (LaSalle, Laval, Montréal-Est). La citronnelle porte aussi un autre nom, on l’appelle parfois Jonc odorant ou en anglais lemon-grass.

Pour bien la choisir, cherchez les branches aux bulbes fermes et odorants. Si vous achetez la citronnelle en conserve ou sèche, elle sera beaucoup moins goûteuse.

Pour la conserver, vous pouvez la garder dans le bac à légumes de votre réfrigérateur pendant 4 ou 5 jours, ou vous pouvez la congeler telle quelle.

Les branches de citronnelle sont assez grandes, mais on ne consomme que 6 à 7 cm à partir de la base. Commencez par peler les tiges en enlevant les feuilles extérieures qui sont trop fibreuses pour être mangées. Ensuite, vous la coupez selon vos besoins.

Ne jetez pas les feuilles que vous avez pelées, vous pourrez les utiliser une fois pour aromatiser des bouillons, des sauces, des soupes, des ragoûts, des poissons, des volailles et des tisanes. Après la cuisson, il faut les jeter. On ne les utilise pas plusieurs fois. Pour le reste de la tige, notez que c’est très goûteux. Utilisez-la modérément si vous n’y êtes pas habitués. Vous pouvez aussi la couper en gros morceaux et la retirer du plat à la fin de la cuisson. Elle se marie très bien avec le gingembre, le chili, la noix de coco, l’ail, l’échalote, le piment, et la menthe.

J’espère que ça vous donne le goût de l’utiliser. Si vous n’êtes pas très inspirés, surveillez mon blogue pour une recette avec de la citronnelle.

 
2 commentaires

Publié par le juillet 27, 2011 dans dictionnaire

 

Antigua

Je sais que je n’ai pas publié autant au cours des deux dernières semaines, mais j’étais en voyage. Vous êtes jaloux, n’est-ce pas? Je me suis délectée de spécialités antillaises.

Tout d’abord, lorsqu’on pense aux fruits typiques, on peut aussi les retrouver dans nos épiceries; mangues, fruits de la passion, goyaves, ananas et autres. Fruit complètement nouveau pour moi, l’ananas noir, qui malgré son non, n’est pas noir du tout. Ce symbole national est beaucoup plus petit, et goûte très sucré.

Un autre fruit qu’un vendeur de rue nous a fait découvrir et qu’on a ensuite cueilli nous-mêmes a été une collation par excellence sur le bord de la plage. Ils l’appellent « guinep », mais bien d’autres noms existent selon le pays dont : chenette, mamoncillo et quenepas. Ils étaient tellement bons! Sucré et acidulé en même temps, leur goût rappelait celui de bonbons. C’est vraiment à essayer.

Sur le bord de la route, un peu partout en ville, vous pouvez trouver des gens qui font des BBQ et qui vendent de la nourriture. Nous devions ABSOLUMENT arrêter et goûter ce qu’ils cuisinaient. En plus d’être très abordable, ç’a été de loin de meilleur repas que nous avons mangé lors de notre séjour. Nous avons mangé leur traditionnel poulet grillé et un plat typique qui s’appelle le Pepperpot. C’est un ragoût composé de poulet, d’épinards, de haricots et de plein d’autres bonnes choses.  Ce plat est accompagné de fungie. Le fungie est leur équivalent de la polenta. C’est une pâte faite à partir de maïs.

Si vous ne planifiez pas voyager dans les caraïbes prochainement, Montréal vous offre plusieurs épiceries et restaurants pour partir à la découverte des spécialités antillaises. Sur la rue Beaubien, vous pourrez trouver l’Épicerie antillaise. Aussi, sur Fleury, il y a le Marché d’alimentation des Caraïbes Inc. Finalement, sur Jarry, Méli Mélo Caraïbes. Évidemment, plusieurs autres options plus précises s’offrent à vous. Vous ne trouverez pas d’épicerie antiguaise, mais vous en trouverez plusieurs haïtiennes et quelques unes jamaïcaines. Si vous préférez un restaurant, Montréal regorge de petits restos sympas où essayer de la cuisine traditionnelle.

 
Laisser un commentaire

Publié par le juillet 26, 2011 dans voyage

 

Olives et épices / La dépense

Olives et épices et La dépense sont deux petites boutiques formidables. Le personnel est sympathique et d’une aide précieuse. Ils peuvent répondre à toutes vos questions et vous guider dans le choix de vos épices. Comment choisir entre 10 sortes de piments? Ils vous parleront de leur saveur, de leur origine, de leur force et des meilleurs mariages avec ce que vous avez l’habitude de cuisiner.

Les propriétaires parcourent le monde à la recherche des meilleures épices. Ils offrent une grande variété de produits de qualité. Vous aurez le choix entre plus de 300 sortes d’épices. Considérant que les épices sont généralement chères, Olives et épices vendent, entre autres, des kits de départs à des prix très abordables.

Vous ne savez pas quoi faire avec toutes ces épices que vous ne connaissez pas? Ils ont pensé à tout. Vous pouvez vous procurer les deux livres de recettes Chasseurs d’épices qui viennent avec les épices nécessaires pour faire les recettes qui s’y trouvent. La cuisine et le goût des épices  est une autre option. Vous y découvrirez plus d’une centaine d’épices, des recettes, des techniques de préparation et des conseils pratiques. Si vous aimez mieux la pratique, ils offrent même des cours. Vous pouvez vous informer directement à la boutique où sur leur site internet.

Oubliez les épices déjà moulues que vous achetez à l’épicerie… même si vous n’êtes pas de Montréal, puisque leurs produits se retrouvent dans des centaines de points de vente.

Copyright photo : lesaffaires.com

 
4 commentaires

Publié par le juillet 23, 2011 dans entreprise

 

Mousse glacée – semblant de crème glacée maison

Toutes les choses qu’on peut lire sur la crème glacée vs les desserts glacés m’ont toujours donné envie de faire ma propre crème glacée. Saviez-vous que pour porter le nom de crème glacée, la substance en question doit, selon les règlements sur les aliments et drogues du Canada, être composée d’au moins 10% de crème. Est-ce qu’il y a juste moi qui trouve que 10% c’est quand même pas beaucoup? Si ce n’est pas le cas, on les appelle desserts glacés. Regardez à l’épicerie, ces desserts glacés occupent une très grande place dans les rangées réfrigérées. Saviez-vous aussi que le prix de la crème glacée est proportionnellement lié à la quantité de crème retrouvée. Plus il y a de crème, plus vous allez payer cher. Malgré tout ça, faire de la crème glacée à la maison n’est pas chose simple si vous n’êtes pas équipés. Normalement, vous avez besoin d’une sorbetière. En cherchant, j’ai trouvé quelques recettes très simples. Je vous présente la plus facile aujourd’hui. Les crèmes glacées aux fruits sont les plus simples.

Rendement : 4 portions

Ingrédients :

  • 1 tasse de crème 35% à fouetter
  • 6 c. à soupe de sucre
  • 1 tasse de fruits frais ou décongelés coupés
Préparation :
  1. Fouetter la crème en incorporant le sucre jusqu’à l’obtention d’une bonne consistance.
  2. Ajouter les fruits et mélanger.
  3. Mettre au congélateur pendant 4 heures.
  4. Sortir 5 min avant de servir pour laisser amollir.
 
2 commentaires

Publié par le juillet 21, 2011 dans crème, dessert, fruits congelés