RSS

Archives mensuelles : novembre 2011

Le sel… histoire d’amour interdite?

Crise cardiaque, haute tension et autres problèmes de santé. C’est ce que le sel représente pour vous? Alors, vous coupez le sel en cuisinant et à la table?

Pour moi, le sel est indispensable lors de la cuisson. Il n’est pas qu’un condiment, mais un aliment en soit. Il accentue le sucré, c’est pour ça qu’on en met dans les gâteaux ou qu’un caramel à la fleur de sel est si bon. Il diminue l’amertume, on le combine donc au vinaigre ou aux olives. De façon générale, il rehausse les saveurs des aliments. On utilise aussi le sel pour influencer sur la texture et l’apparence des aliments. Une croûte de sel retiendra la chaleur et la vapeur d’eau d’un poisson ou d’une pièce de viande. Le sel dégorge la viande et certains légumes comme l’aubergine et le concombre qui seront ensuite plus digestes. Le sel pour aussi altérer la couleur des aliments. Des pommes de terre rôties resteront blanches sans sel et au contraire, du chou-fleur deviendra jaune.

Savez-vous que le sel ajouté lors de la cuisson ne représente en moyenne que 6% du sel qu’on consomme dans une journée? Vous êtes surpris?

Quelques trucs pour utiliser le sel :

  1. Saler une viande ou un poisson après une première cuisson et non avant de la cuire : si vous salez avant de cuire, la viande sera plus sèche, plus difficile à mâcher, et sa couleur en sera altérée.
  2. Saler les légumes à la mi-cuisson : si vous salez avant ou au début de la cuisson, les légumes vont durcir.
  3. Pour sublimer les sucres, donner du croquant ou un goût salé plus prononcé, ajoutez du gros sel en fin de cuisson au lieu du sel régulier.
  4. Rectifier l’assaisonnement à la fin : tout au long de la cuisson, utiliser le sel avec parcimonie. Il est plus facile d’ajouter du sel en fin de cuisson que d’en enlever 5 minutes avant de servir.
  5. Saler l’eau des légumes que vous faites bouillir :  sans le sel, les légumes dans l’eau perdent leurs sels et minéraux naturels, qui sont bénéfiques à votre santé.
  6. Ne saler pas machinalement sans goûter : choisissez en fonction du plat le meilleur type de sel : fin, gros, fleur de sel, sel aromatique, etc.
Bon bon, les médecins ont quand même raison. Manger trop de sel est très nocif pour la santé. Mon argument?    Coupez, coupez, mais pas dans la cuisson. Alors où?!

La majorité du sel qu’on consomme provient de deux catégories d’aliments. La restauration rapide et les aliments transformés. Savez-vous que Burger King a les hamburgers les plus salés au monde? Oui, oui, sur toute la terre! C’est certain, qu’un hamburger est facilement identifiable comme un aliments qui aura une teneur élevée en sel, mais quant est-il d’un sandwich au poulet? De chez Scores, par exemple… ça ne devrait pas être si pire non? C’est du poulet après tout? Eh bien, en en mangeant un, vous consommerez jusqu’à 4470mg de sodium. Ah oui? Ah ouain, c’est beaucoup? C’est quoi donc, le maximum recommandé? 2300mg. Dans toute une journée, n’est-ce pas? Pas dans un seul repas! Alors, comment couper du sel? En coupant, les chaînes de restauration rapide. Et pour les aliments transformés? Principalement dans les plats surgelés, les viandes froides, les sauces et condiments achetés, les soupes et les bouillons achetés, croustilles, noix, les fromages, etc. On ne peut pas arrêter de tout manger cela. Le mot d’ordre? Quand c’est fait maison, vous contrôlez le sel.

Pour réduire votre apport en sel, il faut y aller étape par étape. Une réduction de 10% à 20% n’est généralement pas détectée. Habituez-vous à cette nouvelle quantité, puis réduisez encore…

Et quand vous cuisinez, si vous êtes comme moi, faites-vous plaisir et saler (mais coupez ailleurs!)

Selon vous, faudrait-il que le gouvernement oblige les industries à réduire le sel dans les aliments qu’ils produisent?

J’ai hâte de vous lire à ce sujet!

Références :

http://www.salines.com/89-24-utilisations_du_sel_en_cuisine.html
http://www.scores.ca/23-menu-valeurs-nutritives-et-allergenes.html

Advertisements
 
5 commentaires

Publié par le novembre 30, 2011 dans recommandation

 

Casserole de pommes de terre, d’épinards et de poisson

J’étais assez motivée de me lancer dans cette recette un mardi soir. Je vous conseille de la faire la fin de semaine… c’est assez long. Calculez une trentaine de minutes de préparation et près d’une heure et demie de cuisson. C’est très bon et assez léger malgré les pommes de terre et la sauce béchamel. C’est comme un gratin dauphinois version plat complet et plus santé. Vous pouvez aussi l’accompagner d’une salade pour ajouter encore plus de légumes.

Ingrédients:

Tombée d’épinards

  • 1 gousse d’ail, hachée finement
  • 30 ml (2 c. à soupe) de beurre
  • 10 tasses d’épinards bien tassés
  • Sel et poivre
Béchamel
  • 60 ml (4 c. à soupe) de beurre
  • 60 ml (4 c. à soupe) de farine tout usage non blanchie
  • 750 ml (3 tasses) de lait
  • Une pincée de muscade
Casserole
  • 1 litre (4 tasses) de pommes de terre pelées et tranchées finement à la mandoline
  • 454 g (1 lb) de filets de sole ou autres filets minces sans la peau
  • 375 ml (1 ½ tasse) de fromage râpé au choix (gruyère, mozzarella, provolone, etc.)

Préparation :

  1. Placer la grille au centre du four. Préchauffer le four à 180 °C (350 °F).
  2. Pour la tombée d’épinards, dans une grande poêle antiadhésive ou un wok, attendrir l’ail dans le beurre.
  3. Ajouter les épinards et les faire tomber en remuant.
  4. Saler et poivrer. Bien égoutter. Réserver.
  5. Pour la sauce béchamel, dans une petite casserole, faire fondre le beurre.
  6. Ajouter la farine et cuire une minute en remuant.
  7. Ajouter le lait, la muscade et porter à ébullition en remuant.
  8.  Laisser mijoter doucement environ 2 minutes. Saler et poivrer. Réserver.
  9. Dans un plat de cuisson d’une contenance d’environ 2 litres (8 tasses), étaler un tiers des pommes de terre.
  10. Y répartir la moitié des épinards et couvrir avec le tiers de la sauce béchamel.
  11. Ajouter un tiers des pommes de terre et étaler le poisson. Saler et poivrer.
  12. Y répartir le reste des épinards et couvrir avec un tiers de la sauce béchamel.
  13. Terminer avec les pommes de terre et le reste de la béchamel.
  14. Parsemer de fromage.
  15. Cuire au four environ 1 h 15 ou jusqu’à ce que les pommes de terre soient tendres.
  16.  Si désiré, dorer sous le gril (broil).
  17. Laisser reposer 10 minutes et servir avec une salade verte.

Recette originale : ricardocuisine.com

 

Gâteau au citron et bleuets

Hier soir, peu avant l’heure à laquelle j’aurais voulu me coucher, je me suis lancée dans la préparation de ce gâteau au citron et aux bleuets. Je voulais vraiment publier hier soir, mais une fois au four, j’ai réalisé que je devais le laisser refroidir avant de le glacer, et ça, c’était trop pour moi… Alors, mes projets ont pris le bord. Dès que le gâteau est sorti du four, je me suis couchée. Désolée 🙂 Vous pouvez quand même le voir aujourd’hui!

Ingrédients :

  • 1 1/2 tasse + 1 c. à soupe de farine tout usage
  • 2 c. à thé de poudre à pâte
  • 1/2 c. à thé de sel
  • 1 tasse de yogourt nature
  • 1 tasse de sucre
  • 3 oeufs
  • le zeste de deux citrons
  • 1/2 c. à thé d’extrait de vanille
  • 1/2 tasse d’huile végétale
  • 1 1/2 tasse de bleuets
Pour le glaçage :
  • 1 tasse de sucre en poudre
  • 2 à 3 c. à soupe de jus de citron

Préparation :

  1. Préchauffer le four à 350 F.
  2. Graisser le moule à pain.
  3. Dans un bol moyen, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel. Réserver.
  4. Dans un grand bol, fouetter ensemble le yogourt, le sucre, les oeufs, le zeste de citron, la vanille et l’huile.
  5. Incorporer les ingrédients secs.
  6. Dans un autre bol, mélanger les bleuets et la cuillère à soupe de farine restante.
  7. Ajouter les bleuets et mélanger doucement.
  8. Mettre dans le moule et cuire de 50 à 55 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre ressorte sec.
  9. Laisser refroidir dans le moule pendant 10 minutes.
  10. Puis démouler et laisser refroidir complètement.
  11. Dans un petit bol, préparer le glaçage: fouetter ensemble les ingrédients.
  12. Glacer le gâteau et laisser reposer 15 minutes avant de couper.
 
3 commentaires

Publié par le novembre 28, 2011 dans bleuets, citron, collation, dessert, oeufs, yogourt

 

Little Sheep Mongolian Hot Pot

Ce n’était pas la première fois que j’allais à ce restaurant, mais ça faisait des lunes que je n’avais pas regoûter à leurs fondues et j’étais contente d’y retourner.

Comme c’est situé dans le quartier chinois, je pensais aller dans restaurant typique. Ensuite, j’ai fait un peu de recherche et j’ai réalisé que c’est en fait une énorme franchise chinoise. Des centaines de restaurants se retrouvent dans plusieurs pays du monde. Malgré cela, j’ai été impressionnée par mes recherches. La compagnie s’occupe de la production à tous les niveaux; de la ferme à la table.

Le concept est simple. Vous choisissez entre deux bouillons ou vous prenez les deux. Le premier est aux herbes. Léger, mais goûteux. Le deuxième est piquant! Pas un petit piquant nord-américain, un vrai piquant asiatique. Attention! Une fois que vous avez choisi le bouillon, vous choisissez la viande. Boeuf ou Agneau ou les deux. Ensuite, vous allez au buffet et vous vous servez. D’autres viandes, des poissons, des fruits de mer, des légumes de toutes sortes (asiatiques surtout) et des nouilles sont aux bouts de vos doigts. Les gens se remplissent des assiettes qui débordent et mettent tout d’un coup dans les grands bols de bouillon. Pas de petites fourchettes comme dans notre version de la fondue chinoise. Il faut partager parce qu’une fois que tout est dans le bol, ce n’est pas nécessairement simple ce qui était à toi ou à moi… et la partage, fait partie de mentalité de la compagnie. Une fois les aliments choisis cuits, vous pouvez les manger comme ça, dans un bol avec le bouillon lui-même ou faire trempette dans une de leurs sauces.

Alors, est-ce que ça vaut le coup? Oui, si vous aimez la fondue. En plus, vous découvrez une version beaucoup plus authentique que celle qu’on pratique normalement. C’est intéressant d’y aller, au moins une fois pour l’expérience.

Pour le prix, pour le buffet à volonté, c’est environ 20$ par personne. Eau, jus et boissons gazeuses sont offerts gratuitement (ou sont plutôt déjà inclus dans le prix). Bière et vins sont aussi disponibles.

 
4 commentaires

Publié par le novembre 26, 2011 dans restaurants

 

Tomates farcies

Les tomates farcies peuvent être servies en entrée ou en accompagnement. Elles accompagnent très bien les viandes grillées ou les poissons, particulièrement en été autour du BBQ, mais en toutes saisons comme elles se servent chaudes. Si vous êtes des amateurs de salade de couscous, c’est une excellente recette pour vous, un brin plus chic…

Ingrédients :

  • 1/2 tasse de semoule de couscous
  • 1 pincée de pistils de safran
  • 1/2 tasse de bouillon de poulet ou de légume bouillant
  • 4 grosses tomates
  • 1 poignée de feuilles de coriandre ciselées
  • 1 poignée de feuilles de menthe ciselées
  • 3 oignons verts parés et émincés
  • le jus d’1/2 citron
  • 1/4 tasse de pignons de pin grillés
  • 1/4 tasse de raisins secs
  • 2 à 3 c. à soupe d’huile d’olive
  • sel et poivre
Préparation :
  1. Préchauffer le four à 450 F.
  2. Mettre la semoule de couscous dans un bol avec le safran et une pincée de sel et de poivre.
  3. Verser le bouillon chaud, couvrir et laisser reposer 5 minutes.
  4. Couper le premier tiers des tomates et réserver.
  5. Vider les pépins et la chair dans un bol en laissant 1 cm d’épaisseur.
  6. Couper la chair en dés.
  7. Mélanger avec la coriandre, la menthe, les oignons verts, le jus de citron, les pignons grillés, les raisins secs et l’huile d’olive.
  8. Saler, poivrer.
  9. Aérer le couscous avec une fourchette.
  10. Mélanger le couscous avec le mélange de tomates.
  11. Garnir les tomates évidées et replacer les chapeaux.
  12. Mettre sur une plaque légèrement huilée.
  13. Cuire pendant 15 à 20 minutes.
  14. Servir chaud au tiède.
 

Croustillant aux bleuets et aux pommes

À L’automne, on fait souvent des croustades aux pommes. C’est facile et réconfortant! Pour faire changement, voici un croustillant aux bleuets.

En soirée, j’ai remarqué que mon chum avait les lèvres et les dents toutes bleues. Par curiosité, j’ai regardé dans le réfrigérateur et là, j’ai vu. Il en avait mangé presque la moitié! Gêné, il me dit c’est vraiment très bon…

Ingrédients:

Croustillant
  • 310 ml (1 ¼ tasse) de flocons d’avoine à cuisson rapide
  • 60 ml (¼ tasse) de cassonade
  • 60 ml (¼ tasse) de farine tout usage non blanchie
  • 90 ml (6 c. à soupe) de beurre non salé, fondu
Garniture
  • 60 ml (¼ tasse) de cassonade
  • 25 ml (5 c. à thé) de fécule de maïs
  • 1 litre (4 tasses) de bleuets frais ou surgelés (non décongelés)
  • 500 ml (2 tasses) de pommes Cortland pelées et râpées (2 grosses pommes)
  • 30 ml (2 c. à soupe) de beurre, fondu
  • 15 ml (1 c. à soupe) de jus de citron
Préparation :
  1. Placer la grille au centre du four. Préchauffer le four à 180 °C (350 °F)
Croustillant
  1. Dans un bol, mélanger les ingrédients secs.
  2. Ajouter le beurre et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit tout juste humectée. Réserver.
Garniture
  1. Dans un moule carré de 20 cm (8 po) ou d’une contenance d’environ 2 litres (8 tasses), mélanger la cassonade et la fécule.
  2. Ajouter les fruits, le beurre, le jus de citron et bien mélanger.
  3. Couvrir du croustillant.
  4. Cuire au four de 55 minutes à 1 heure ou jusqu’à ce que le croustillant soit bien doré.
  5. Servir tiède ou froid.

Recette originale : ricardocuisine.com

 
2 commentaires

Publié par le novembre 22, 2011 dans avoine, bleuets, dessert, pommes

 

Cari de lentilles et de pommes de terre

Cette recette se fait en deux temps, trois mouvements. C’est rapide et facile, en plus d’être très bon. Parfait pour un soir de semaine d’automne ou d’hiver. Si vous voulez réduire la quantité de glucides, enlever le riz. Même seul c’est très bon. Vous pourriez aussi remplacer la moitié des pommes de terre par un autre légume, comme des carottes. Visuellement, ce n’est peut-être pas le plat le plus appétissant de la cuisine indienne, mais c’est un plat à la portée de tous et saura satisfaire votre famille.

Ingrédients :

  • 1 gros oignon, haché finement
  • 30 ml (2 c. à soupe) d’huile d’olive
  • 2 gousses d’ail, hachées finement
  • 15 ml (1 c. à soupe) de garam masala
  • 1 litre (4 tasses) de bouillon de poulet ou d’eau
  • 1 litre (4 tasses) de pommes de terre coupées en cubes
  • 375 ml (1½ tasse) de lentilles vertes, rincées
  • 1 boîte de 398 ml (14 oz) de lait de coco (ordinaire ou léger)
  • Feuilles de coriandre fraîche au goût (facultatif)
  • Sel et poivre

Préparation :

  1. Dans une grande casserole, dorer l’oignon dans l’huile.
  2. Saler et poivrer.
  3. Ajouter l’ail, le garam masala et cuire 1 minute.
  4. Ajouter le reste des ingrédients à l’exception de la coriandre et porter à ébullition.
  5. Laisser mijoter doucement, à découvert, environ 35 minutes ou jusqu’à ce que les lentilles soient tendres. Rectifier l’assaisonnement.
  6. Servir sur du riz basmati et garnir de coriandre.

copyright : ricardocuisine.com